Le CNRS
 

Actualités


Comment le cerveau combine les stimuli sensoriels

Publié le 16 mai 2019

La perception d’événements biologiquement saillants implique des stimuli sensoriels très différents, et le cerveau ne les relie que si cela est utile et nécessaire. Dans le cadre d’une collaboration de l’Institut de neurosciences de la Timone (INT) avec des chercheurs des université d’Oxford et de Bielefeld, cette souplesse de perception a fait l’objet d’une étude, publiée dans la revue Neuron, qui montre dans quelles zones du cerveau ces stimuli sensoriels sont combinés et où est prise en charge cette flexibilité.

Lire l’actualité scientifique


filet

L’histoire résolue des populations de deux papillons

Publié le 16 mai 2019

Le papillon nacré de la bistorte, Boloria eunomia, habite les prés humides et les tourbières des régions montagneuses. Cette espèce vit à basse altitude dans le nord de l’hémisphère nord, en Europe, Sibérie, Alaska et Canada. Une étude phylogéographique internationale publiée dans PlosOne comportant un chercheur de l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale (IMBE) a cartographié le chemin migratoire emprunté par les ancêtres de cette espèce. Ainsi l’étude a montré que la Scandinavie a été colonisée par deux vagues successives au départ de la Sibérie centrale, tandis que les montagnes du Sud de l’Europe ont été colonisées avant la dernière glaciation au départ de populations distinctes issues de Sibérie méridionale.

Lire l’actualité scientifique


filet

Un "exosquelette" protéique essentiel à l’activité de la polymérase du virus de la rougeole

Publié le 16 mai 2019

La machinerie de réplication de virus de la rougeole est complexe. Des investigations fonctionnelles et structurales couplées à la modélisation apportent un nouvel éclairage sur l’interaction entre deux protéines du complexe polymérase : la protéine P stabilise la polymérase à la manière d’un exosquelette dynamique via la cohésion d’un cœur d’hélices surenroulées. L’étude, parue dans Science Advances, permettra la conception d’antiviraux et la compréhension d’autres mécanismes biologiques. cette étude a été menée par des chercheurs du Centre international de recherche en infectiologie (CIRI) et du laboratoire Architecture et fonction des macromolécules bologiques (AFMB).

Lire l’actualité scientifique


filet

La taille de l’univers des sucres enfin estimée !

Publié le 16 mai 2019

Contrairement aux protéines, la structure des sucres complexes n’est pas codée par l’ADN mais par la spécificité des enzymes qui les assemblent. Alors que leur diversité théorique est astronomique (1012 hexasaccharides possibles), la diversité naturelle des glycanes n’a jamais été explorée. En analysant les enzymes de dégradation des sucres complexes, les chercheurs dont Bernard Henrissat, chercheur CNRS au laboratoire Architecture et fonction des macromolécules biologiques (AFMB), concluent que la diversité naturelle des glycanes est plusieurs ordres de grandeur inférieure à la diversité attendue. Ce travail est publié dans la revue Nature Communications.

Lire l’actualité scientifique


filet

Les dessous du GPS cérébral

Publié le 16 mai 2019

De nouveaux travaux révèlent comment s’y prend notre cerveau pour nous permettre de nous déplacer en sachant toujours où nous sommes et vers où nous allons. Se situer et s’orienter dans l’espace est essentiel à la survie de tout animal, humains compris. Dès les années 1940 le psychologue américain Edward Tolman a suggéré que cette faculté qui permet d’aller d’un point à un autre de façon optimale repose sur notre capacité à construire et à exploiter une carte mentale de notre environnement. Différents processus cognitifs régissent notre capacité de navigation dans l’espace : le repérage permanent de notre position, la représentation de l’environnement par la prise en compte des stimuli extérieurs et la préparation et l’exécution des trajectoires.  Comment notre cerveau et les réseaux neuronaux qui le constituent nous permettent-ils d’accomplir de telles fonctions  ? À cette question fondamentale, les neurosciences cognitives apportent des réponses de plus en plus précises, comme en témoignent les récents travaux de l’équipe Cognition spatiale dirigée par Francesca Sargolini au Laboratoire de Neurosciences Cognitives (LNC) de Marseille, publiés dans la revue Nature Communications.

Lire l’actualité scientifique


filet

Des bactéries symbiotiques à l’origine de la magnétoréception chez un micro-eucaryote

Publié le 9 mai 2019

Certains organismes sont capables de sentir le champ géomagnétique pour se géolocaliser. Cette étude parue dans Nature Microbiology, révèle une nouvelle stratégie impliquée dans l’acquisition ce sens chez des micro-eucaryotes anaérobes. Ces organismes peuvent s’orienter dans les sédiments marins grâce à une symbiose établie avec des bactéries biominéralisant des cristaux magnétiques. Cette découverte par une équipe de l’Institut de biosciences et biotechnologies d’Aix-Marseille (BIAM), ouvre de nouvelles perspectives sur la compréhension des mécanismes impliqués dans la coopération des sens.

Lire l’actualité scientifique


filet

Inauguration des nouveaux locaux du laboratoire de Mécanique, modélisation et procédés propres (M2P2) à Centrale Marseille

Publié le 7 mai 2019


© CNRS/Elena Rosu


Les nouveaux locaux du M2P2 ont été inauguré lundi 6 mai 2019 à Centrale Marseille. Cette inauguration s’est déroulée en présence notamment de Frédéric Fotiadu, directeur de Centrale Marseille, Yvon Berland, président d’Aix-Marseille Université, Fabien Godefert, directeur adjoint scientifique de l’Institut des sciences de l’ingénierie et des systèmes du CNRS et Pierre Sagaut, directeur du laboratoire.


filet

Finale locale du concours "Faites de la science"

Publié le 7 mai 2019

Aix-Marseille Université, en partenariat avec le Rectorat de l’Académie d’Aix-Marseille, la DRRT, le Conseil Régional Région Sud, le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône, la Ville de Marseille, le CNRS,  l’Inserm et l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, ont accueilli vendredi 3 mai 2019 sur le campus Saint-Charles 7 classes dans le cadre du concours "Faites de la science". Les 133 lycéens et collégiens présents ont eu 10 minutes pour présenter au jury leur projet d’expériences scientifiques ou techniques réalisé durant l’année scolaire à la manière d’un chercheur. La qualité scientifique des projets, l’originalité des stands et l’autonomie des élèves ont été des critères déterminants. Les élèves de la classe de 3ème du collège Jean Brunet ont remporté le concours avec leur stand "Mieux vivre le Handicap". Ils participeront à la finale nationale qui se déroulera sur le campus de Lorient, Université Bretagne-Sud, le vendredi 14 juin 2019.


filet

Quantification des forces moléculaires aux connexions muscle-tendon

Publié le 30 avril 2019

La caractérisation de la façon dont les molécules détectent les forces mécaniques à la jonction myo-tendineuse est fondamentale pour comprendre comment les cellules peuvent se préparer aux forces de la contraction des muscles. Dans cet article, publié dans la revue PLoS Biology, les chercheurs notamment de l’Institut de biologie du développement de Marseille (IBDM) ont quantifié les forces transmises par les molécules de Taline, un composant clé des jonctions myo-tendineuses, avec un capteur de tension moléculaire chez la drosophile. Ils ont découvert qu’un pourcentage étonnamment faible des molécules de Taline est soumise aux forces lors du développement musculaire. Ce pourcentage augmente probablement de façon drastique pour partager la haute tension lorsque les adultes commencent à voler.

Lire l’actualité scientifique


filet

La composition de Jupiter expliquée par sa formation au voisinage de la zone de sublimation de la glace

Publié le 18 avril 2019

Une équipe internationale de chercheurs issus du Laboratoire d’astrophysique de Marseille (LAM) et de l’Université de Cornell ont développé un modèle permettant d’expliquer la composition de l’atmosphère de Jupiter en supposant la formation de la planète au voisinage de la zone de sublimation de la glace amorphe dans la nébuleuse protosolaire. Cette étude montre que les enrichissements en éléments volatils mesurés depuis des décennies dans l’atmosphère de Jupiter ont pu être acquis grâce à l’accrétion de gaz relâchés par la cristallisation de la glace amorphe au voisinage de la zone de formation de la planète, permettant ainsi de réconcilier les modèles de formation récents avec les mesures de composition.

Lire l’actualité scientifique


filet

archives Archives













 

Rechercher

sur le site de la délégation

Le CNRS Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Imprimer Contact Crédits Plan du site