Accueil du site > Actualités > Découverte d’une protéine de synthèse « anti-gel » biodégradable
Le CNRS

Découverte d’une protéine de synthèse « anti-gel » biodégradable



Comment améliorer la conservation des tissus vivants lors de transplantations, ou bien la consistance et le stockage de la crème glacée ? Une solution est d’utiliser les protéines « anti-gel », naturellement présentes chez de nombreux organismes vivant dans les zones polaires. Très recherchées pour leurs applications potentielles en médecine, alimentation ou agriculture, ces molécules sont cependant difficiles à extraire. D’où l’intérêt de concevoir des composés qui s’en inspirent. Tel est le cas de la polyproline qui vient d’être mise au point par une équipe internationale, impliquant des chercheurs du CNRS, notamment du Laboratoire de synthèse et fonctionnalisation des céramiques (LSFC). Simple et prometteuse pour conserver des cellules dans le froid, cette molécule est composée d’une alternance de parties hydrophiles (attirées par l’eau) et hydrophobes, une caractéristique qui semble essentielle pour inhiber la formation de cristaux de glace. De plus, son interaction avec la glace ne conduit pas à l’émergence d’aiguilles qui pourraient endommager la membrane des cellules. Dernier atout, et non des moindres : la polyproline est biodégradable.

 

Rechercher

sur le site de la délégation

Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site