Accueil du site > Actualités > Flux d’export du mercure en Arctique plus élevé que prévu
Le CNRS

Flux d’export du mercure en Arctique plus élevé que prévu



Une équipe internationale menée par l’Institut méditerranéen d’océanographie (MIO), a analysé, à l’aide d’une nouvelle méthode, les observations réalisées en 2015 dans le centre de l’océan Arctique lors des campagnes océanographiques du programme Geotraces. Il s’avère qu’environ 156 tonnes par an de mercure sont exportées de la surface de l’océan par des particules marines, dont 28 tonnes par an sont finalement enfouies dans les sédiments marins. Ces résultats montrent que le flux d’export du mercure vers les fonds marins est plus élevé qu’on ne le pensait, ce qui implique que le flux vers l’atmosphère doit être plus faible.

 

Rechercher

sur le site de la délégation

Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site