Accueil du site > Actualités > L’investissement parental des groupes préhistoriques révélé par l’histoire de vie des enfants
Le CNRS

L’investissement parental des groupes préhistoriques révélé par l’histoire de vie des enfants



Des analyses multi-isotopiques (carbone, azote, soufre) sur des sections de dentine de dents d’enfants préhistoriques ont mis en évidence une évolution des pratiques de sevrage et des différences d’origine géographique entre le Néolithique ancien et l’Âge du Fer (VIème – Ier mill. av. notre ère) en Méditerranée (quatre sites côtiers proches en Ligurie, Italie). Chez les enfants Néolithiques le sevrage est graduel et les premiers aliments solides sont riches en protéines animales. Cette stratégie parentale pourrait avoir été favorable dans un contexte chronoculturel où plusieurs cas de tuberculose sont avérés ainsi que des perturbations physiologiques. Au cours de l’Âge des Métaux, les enfants sont sevrés de façon plus abrupte avec une alimentation comportant une part significative de protéines végétales. Cette stratégie reflète l’importance des céréales chez des communautés adoptant de nouvelles cultures, tel que le millet. Ces résultats, publiés dans International Journal of Paleopathology, montrent également que, malgré un lieu d’inhumation proche, ces enfants n’ont pas eu la même histoire de vie et certains se sont déplacés avec les adultes, de l’intérieur des terres vers la côte, au cours de leur petite enfance.

 

Rechercher

sur le site de la délégation

Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site