Accueil du site > Actualités > La parole pourrait être plus ancienne qu’on ne le croyait
Le CNRS

La parole pourrait être plus ancienne qu’on ne le croyait



Depuis 50 ans, la théorie de la « descente du larynx » avance qu’une position basse du larynx est nécessaire pour produire des voyelles différenciées, préalable à l’apparition de la parole. Les singes, qui ont une anatomie du conduit vocal qui ressemble, pour l’essentiel des articulateurs (langue, mandibule, lèvres), à celle des humains, mais avec un larynx haut, ne pourraient pas produire de vocalisations différenciées. Or, des chercheurs du CNRS notamment du Laboratoire de psychologie cognitive (LPC), et de l’Université Grenoble Alpes, en collaboration avec des équipes françaises, canadiennes et américaines, montrent dans un article de synthèse paru le 11 décembre 2019 dans Science Advances, que les singes produisent des proto-voyelles bien différenciées. La production des vocalisations différenciées n’est donc pas une question de variantes anatomiques mais de contrôle des articulateurs. Ces travaux laissent à penser que la parole pourrait être née bien au-delà des 200 000 ans généralement avancés par les linguistes actuellement.

 

Rechercher

sur le site de la délégation

Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site