Accueil du site > Actualités > Le chrome, même en très faible concentration, nuit au bon fonctionnement des testicules
Le CNRS

Le chrome, même en très faible concentration, nuit au bon fonctionnement des testicules



Depuis plus de douze ans, des chercheurs de l’Institut de Génomique Fonctionnelle de Lyon (UMR5242 CNRS) développent des méthodes de culture de cellules germinales mâles, précurseurs des spermatozoïdes. Dans un article publié le 1er avril 2010 sur le site de la revue Toxicological Sciences, ils présentent une technique innovante permettant l’étude des mécanismes d’action des toxiques sur la spermatogenèse tout en réduisant considérablement le nombre d’animaux requis. Leurs travaux démontrent que le chrome favorise l’apparition d’anomalies cytogénétiques dans les cellules germinales, ce qui peut profondément affecter la fertilité masculine.

 

Rechercher

sur le site de la délégation

Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site