Accueil du site > Actualités > Les Jupiter extrêmement chauds : mi-étoile, mi-planète
Le CNRS

Les Jupiter extrêmement chauds : mi-étoile, mi-planète



Les exoplanètes dites « Jupiter extrêmement chauds » sont des géantes gazeuses très proches de leur étoile présentant deux faces distinctes : un côté « jour » faisant toujours face à l’étoile où il règne une température de 3 000°C, et un côté « nuit » trop sombre pour être observé par les instruments actuels, avec une température de 1 000°C. Jusqu’ici, les scientifiques ne comprenaient pas pourquoi de la vapeur d’eau ne pouvait être détectée qu’à l’interface de ces deux côtés. Une équipe internationale dirigée par un chercheur du Laboratoire d’astrophysique de Marseille (LAM) vient de proposer que du côté jour de ces exoplanètes les températures sont assez extrêmes pour briser les molécules d’eau en leur composants atomiques et donc les rendre indétectables. Molécules qui se reforment ensuite du côté nuit et peuvent donc redevenir visibles à la limite entre les deux faces d’une même planète. Ce qui amène les chercheurs à conclure que l’atmosphère du côté jour des Jupiter extrêmement chauds ressemble plus à celle d’une étoile qu’à celle d’une planète. Cette étude paraîtra dans Astronomy and Astrophysics.

 

Rechercher

sur le site de la délégation

Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site