Accueil du site > Sciences pour tous > Programmation des Jeudis du CNRS > Programmation des Jeudis du CNRS automne-hiver 2015
Le CNRS


Programmation des Jeudis du CNRS automne-hiver 2015




La délégation Provence et Corse du CNRS organise un cycle de onférences intitulé "Les Jeudis du CNRS".

Ces rendez-vous mensuels proposent à un public curieux de venir s’informer sur des sujets variés d’actualité et d’intérêt régional et d’échanger avec des scientifiques en toute simplicité.


Se déroulant les premiers jeudi du mois de 18h à 19h30 sur le campus Joseph Aiguier à Marseille, ces conférences se veulent accessibles au plus grand nombre.

L’accès est libre et gratuit.




Télécharger l’affiche en haute définition

Jeudi 8 octobre 2015


"L’étonnante salle à manger tournante du palais de Néron"


Françoise Villedieu
Directrice de recherche CNRS au Centre Camille Julliab (CCJ)


"La salle à manger principale, qui était ronde, tournait jour et nuit sur elle-même en imitant le mouvement du monde". L’étonnante construction mentionnée par l’écrivain romain Suétone dans sa biographie de Néron a enfin été retrouvée !

En 2009, des fouilles réalisées sur le mont Palatin, à Rome, par une équipe d’archéologues franco-italienne ont mis au jour une tour puissante qui conserve les traces d’un mécanisme ingénieux et complexe assurant la rotation permanente du plancher de la salle à manger ouverte sur l’extérieur. De là, sous les yeux des invités de l’empereur, se déroulait un panorama sur l’ensemble de la Domus aurea, l’immense et somptueux palais de la Rome antique construit par Néron.


Françoise Villedieu, directrice de recherche au Centre Camille Jullian (AMU/CNRS/MCC), reviendra sur cette formidable découverte et sur son quotidien d’archéologue. Elle illustrera ses propos par une reconstruction de l’édifice par images de synthèse permettant ainsi d’en saisir à la fois l’ingéniosité et la beauté.



Jeudi 5 novembre 2015


"Le soleil, source d’énergie du futur"


Bernard Fontaine
Directeur de recherche émérite au laboratoire Lasers, plasmas, et procédés photoniques (LP3)


Le changement climatique est au centre des préoccupations internationales. La réduction des gaz à effet de serre apparait désormais comme une priorité. Les énergies renouvelables et non polluantes ont alors un rôle majeur à jouer face à l’épuisement à court terme des énergies fossiles (pétrole, gaz naturel, charbon, etc.) et à la détérioration de notre environnement. Le soleil, source de lumière, de chaleur et de vie, est l’une des principales sources d’énergie renouvelable pour la Terre. La transition énergétique est devenue l’un des grands défis technologiques et scientifiques du XXIème siècle.

Aussi, les recherches sur l’énergie solaire photovoltaïque, photothermique, photothermodynamique, etc. et sur le stockage de l’électricité produite se sont-elles considérablement développées ces dernières années.


Bernard Fontaine, directeur de recherche émérite au laboratoire Lasers, plasmas, et procédés photoniques (AMU/CNRS) expliquera les enjeux de l’énergie solaire et présentera les avancées scientifiques et techniques permettant d’améliorer les systèmes de conversion de l’énergie solaire en énergie électrique, les systèmes de stockage ou encore ceux liés à la gestion de la production et de la consommation par un réseau intelligent piloté par ordinateur, notamment en région PACA.




Jeudi 3 décembre 2015


"Marie Curie et Irène Joliot-Curie : deux femmes de science"


Hélène Langevin
Ex-directrice de recherche émérite CNRS - Petite fille de Marie Curie


Marie Curie et Irène Joliot-Curie ont chacune vécu une aventure scientifique exceptionnelle. Leurs travaux ont marqué l’histoire de la radioactivité. Elles ont aussi ouvert le chemin aux générations de femmes scientifiques qui leur ont succédé.
En 1903, les découvertes communes de Marie Curie et de son mari, Pierre, sur les radiations seront récompensées par l’obtention du prix Nobel de physique. Marie Curie obtiendra également, en 1911, le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur le polonium et le radium. Irène Joliot-Curie, quant à elle, recevra le prix Nobel de chimie en 1935 pour la découverte de la radioactivité artificielle.


Hélène Langevin-Joliot, physicienne, ex-directrice de recherche émérite à l’Institut de physique nucléaire Orsay (CNRS / U Paris Sud), petite-fille de Pierre et Marie Curie et fille de Frédéric Joliot et Irène Joliot-Curie, offrira un témoignage unique sur ce destin familial hors du commun. Elle abordera l’histoire de la physique, la voie contre le cancer ouverte par les Curie, la place des femmes dans les sciences, la conception vivante et humaine de la science héritée de ses parents et grands-parents…



Jeudi 7 janvier 2016


"Avoir ou ne pas avoir l’accent : that is the "sociolinguistic" question !"


Médéric Gasquet-Cyrus
Maître de conférences au Laboratoire parole et langage (LPL)


En France – et plus largement dans le monde – l’accent est considéré comme une particularité (phonétique, intonative) rattachée à une certaine région : on a l’accent de tel ou tel endroit. Mais au-delà des simples caractéristiques linguistiques, l’accent est aussi soumis au jugement : si celui-là est « guttural », cet autre sera « rocailleux » alors que celui-ci sera plus « chantant ». Sur une large échelle, ces stéréotypes contribuent à dresser une sorte de hiérarchie des accents, des plus « sympathiques » aux plus « disgracieux »…

Sans fondement scientifique, ces discours sur les accents jouent cependant un rôle important dans les rapports sociaux étant donné qu’ils véhiculent des représentations sociales non seulement sur les accents, mais à travers eux, sur celles et ceux qui ont… ou n’ont pas l’accent. Si certains jugements peuvent être positifs (accent « sympathique », « ensoleillé », « sexy ») ou souriants (accent « savoureux », « rigolo »), d’autres peuvent être plus ambigus, voire carrément stigmatisants.


Avoir ou ne pas avoir l’accent, telle pourrait être THE question : Médéric Gasquet-Cyrus, maître de conférences au Laboratoire parole et langage (AMU/CNRS), reviendra sur ses recherches et apportera un éclairage sur cette question sociolinguistique qui porte sur les idéologies associées aux accents et leur impact social.



Jeudi 4 février 2016


""Malin comme un singe" : recherches actuelles sur l’intelligence et le comportement du primate"


Joël Fagot
Directeur de recherche au laboratoire de psychologie cognitive (LPC)


Les primates non humains sont les espèces les plus proches de nous dans le règne animal. Il s’agit d’un groupe zoologique très diversifié, composé de près de 250 espèces très différentes les unes des autres. Très tôt, les chercheurs se sont interrogés sur le niveau d’intelligence de ces espèces qui présentent naturellement des comportements sociaux très complexes, et, pour certains, s’aident d’outils dans leur recherche de nourriture.

Comment étudie-t-on, de nos jours, l’intelligence de nos proches cousins ? Quelles sont les découvertes récentes en la matière ? Quelles sont les différences cognitives majeures entre les différentes espèces de primates ? En quoi le système cognitif de l’homme diffère-t-il de ce celui des autres primates ? Est-ce que leur système de communication est-il vraiment éloigné du langage humain ?


Joël Fagot, directeur de recherche au Laboratoire de psychologie cognitive (AMU/CNRS) et responsable de l’équipe « cognition du primate », dressera un état des lieux des recherches et connaissances actuelles et présentera les nouvelles méthodes utilisées dans ce domaine. Il illustrera notamment son propos par des recherches conduites au centre de primatologie de Rousset dans lequel des babouins interagissent en toute liberté avec des jeux informatisés testant leurs performances cognitives.




 

Rechercher

sur le site de la délégation

Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site