Accueil du site > Actualités > Quand des électrons cèdent leur polarisation de spin à des noyaux, la RMN s’emballe !
Le CNRS

Quand des électrons cèdent leur polarisation de spin à des noyaux, la RMN s’emballe !



La Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) est aujourd’hui un outil majeur d’analyse permettant l’étude à l’échelle moléculaire ou atomique d’un large ensemble de systèmes. L’intensité des signaux est proportionnelle à la différence de population entre les deux états de spin nucléaire toujours très faible, ce qui explique la faible sensibilité intrinsèque de la RMN. Dans des milieux contenant une espèce paramagnétique (radical libre par exemple) la saturation d’une transition impliquant un changement de spin électronique pouvait entraîner un transfert de polarisation des électrons vers les noyaux et augmenter de façon très significative la sensibilité RMN . Des chercheurs de Institut de chimie radicalaire, en collaboration avec des chercheurs de l’Institut de sciences analytiques de Lyon et de la société Bruker BioSpin ont développé des radicaux stables dont les performances surpassent largement celles des agents de polarisation existants et fournissent des gains de sensibilité exceptionnels.

 

Rechercher

sur le site de la délégation

Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site