Accueil du site > Actualités > Staphylocoque doré et cellules souches : une mémoire d’éléphant pour un ver immortel
Le CNRS

Staphylocoque doré et cellules souches : une mémoire d’éléphant pour un ver immortel



La planaire, ver plat et aquatique, est capable de résister à des bactéries très pathogènes voire mortelles pour l’Homme. Mais ce modèle d’étude est aussi connu pour ses extraordinaires capacités de régénération qui en font un être potentiellement immortel : il ne peut pas mourir de vieillesse. Les cellules souches jouant un rôle central dans la capacité de régénération de la planaire, des chercheurs de l’Unité de recherche sur les maladies infectieuses et tropicales émergentes (URMITE) se sont penchés sur leurs propriétés immunitaires. Leurs travaux, publiés dans la revue EbioMedicine ont mis en évidence, chez la planaire, une nouvelle voie de défense contre le staphylocoque doré impliquant les cellules souches. Celles-ci ont été identifiées comme étant le support de la mémoire immunitaire innée. Un premier contact de ces cellules avec le staphylocoque doré provoque une expression accrue des gènes de l’immunité, et active donc la mémoire immunitaire. De ce fait, l’élimination du pathogène est facilitée lors d’un deuxième contact avec le microbe. Cette découverte révèle une fonction immunitaire insoupçonnée des cellules souches et ouvre ainsi de nouvelles pistes d’action dans la lutte contre le staphylocoque doré ainsi que dans le développement de nouvelles thérapies applicables à l’Homme basées sur l’instruction des cellules souches.

 

Rechercher

sur le site de la délégation

Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site