Accueil du site > Actualités > Une membrane dynamique capable de s’auto-réparer
Le CNRS

Une membrane dynamique capable de s’auto-réparer



Les membranes, matériaux poreux utilisés notamment pour filtrer des liquides, constituent un marché en pleine croissance. Pourtant, leur conception peut encore espérer d’importantes améliorations. S’inspirant des membranes cellulaires, des chercheurs d’un laboratoire de Montpellier en collaboration avec l’Institut de chimie radicalaire (CNRS / Aix-Marseille Université) ont développé la première membrane dynamique pour la filtration de l’eau. En fonction de la pression de l’eau, celle-ci peut ajuster de façon autonome la taille de ses pores. De plus, elle est capable de s’auto-réparer en cas de défaillance, ce qui augmente sa durée de vie et renforce la sécurité sanitaire du produit filtré. Ces recherches viennent d’être publiées dans la revue Angewandte Chemie.

 

Rechercher

sur le site de la délégation

Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site