Accueil du site > Actualités > Y aurait-il un mécanisme universel d’altération en milieu aqueux ?
Le CNRS

Y aurait-il un mécanisme universel d’altération en milieu aqueux ?



Les verres sont considérés comme des matériaux durs, mais ils deviennent instables en présence de l’eau. L’altération chimique des verres silicatés dans les régions volcaniques et en particulier aux dorsales océaniques, joue un rôle primordial dans la composition chimique des océans et la régulation du climat terrestre. Une étude publiée récemment dans la revue Nature Materials, issue d’une collaboration entre plusieurs laboratoires du CNRS (notamment le Centre de physique des particules de Marseille - CPPM), des universités françaises de Grenoble, Rouen, Aix-Marseille Université, des Pays-Bas et du Royaume Uni, met en lumière un nouveau mécanisme de corrosion des verres. Ce travail est fondé sur une étude détaillée à l’échelle nanométrique de la couche d’altération qui se forme à la surface des verres au contact avec de l’eau. Ce mécanisme, déjà observé pour des minéraux serait-il universel en milieu aqueux ?

 

Rechercher

sur le site de la délégation

Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site