Accueil du site > Sciences pour tous > Programmation des Jeudis du CNRS > 5 janvier 2012 - La planète a soif : quels enjeux autour de la ressource en eau ?
Le CNRS


5 janvier 2012 - La planète a soif : quels enjeux autour de la ressource en eau ?


Christine Vallet-Coulomb


La planète a soif : quels enjeux autour de la ressource en eau ?

La ressource en eau est l’objet de toutes les convoitises, mais également de beaucoup de craintes, fondées ou non, qui conduisent à employer souvent le terme de « crise ».
Y a-t-il réellement une crise de l’eau, et si oui, quelles en sont les causes ? La ressource se dégrade-t-elle en quantité ? En qualité ? Suffit-t-elle à satisfaire nos besoins ? Est-elle renouvelable ou épuisable ? Quel impact du changement climatique ? Et de la pression démographique ?
Nul doute que sur ce sujet qui nous touche quotidiennement, chacun a déjà des idées, des connaissances et des questions. Mais pour comprendre les différentes pressions auxquelles est soumise la ressource, il faut souvent faire la part entre les facteurs environnementaux, économiques, voire même politiques. Sans prétendre aborder de manière exhaustive toutes ces questions, la recherche en hydrologie se doit de clarifier la compréhension et la quantification des flux qui contrôlent la ressource en eau. Nous proposons d’évoquer ici cet aspect de la recherche, à travers un certain nombre d’exemples, et tout en insistant sur les avancées récentes dans ce domaine. En particulier, nous présenterons quelques outils de quantification basés sur la composition géochimique naturelle des eaux (traçage et datation des eaux), et sur les développements récents en matière de modélisation du cycle hydrologique. 


Maître de conférences au CEREGE, Christine Vallet-Coulomb enseigne l’hydrologie et l’hydrogéologie dans les filières de Sciences de la Terre et d’Environnement de l’Université Paul Cézanne. Elle a mis en place au CEREGE l’analyse isotopique de l’eau (δ18O, δ2H), outil de traçage naturel du cycle hydrologique. Ses recherches se focalisent sur différents types d’hydrosystèmes de surface (lacs, lagunes, nappes phréatiques…), principalement dans les zones subtropicales et méditerranéennes. Elle analyse leur sensibilité face aux changements climatiques et environnementaux, avec une attention particulière sur les processus évaporatoires, terme prédominant du bilan hydrologique dans les zones semi-arides.

 

Rechercher

sur le site de la délégation

Le CNRS Accueil Le CNRS Annuaires Mots-Clefs du CNRS Autres sites Accueil Imprimer Contact Crédits Plan du site